C. RambeaudM. MarcelliL. CravelloL. BoubliC. TouretteA. Agostini

Progrès en urologie, 16 Juin 2017

Note : article en français

 

Le prolapsus génito-urinaire est une pathologie dont la fréquence augmente avec l’âge ; sa prévalence varie entre 2 et 38% selon les stades, et représente donc un nombre important de prises en charge chirurgicale.

La promontofixation par coelioscopie est devenue le traitement chirurgical de référence, le plus reconnu et le plus efficace, dans le traitement chirurgical du prolapsus génito-urinaire. La durée médiane d’hospitalisation est actuellement proche des trois jours pour ce type d’opération. Dans un contexte de progression globale de la chirurgie ambulatoire, la possibilité de réaliser de cette manière la promontofixation par coelioscopie a donc été sérieusement envisagée depuis un certain temps. L’étude décrite se propose donc d’évaluer la faisabilité de la promontofixation coelioscopique en chirurgie ambulatoire.

Cette étude observationnelle monocentrique et prospective a été réalisée de mai 2014 à juillet 2015, au terme de laquelle 14 patientes ont été inclues pour subir cette opération en ambulatoire, sur un total de 43 patientes (les autres subissant une opération en chirurgie conventionnelle). La durée médiane de l’intervention était de 95 minutes (70-168 minutes), et aucune complication peropératoire n’a été relevée. Sur les 14 patients, 10 se sont disaient être très satisfaites ou satisfaites de la prise en charge en ambulatoire. Par conséquent, et quand bien même ces données doivent être confirmées  par d’autres études multicentriques et randomisées à plus grande échelle, celle-ci n’en indique pas moins que la promontofixation en chirurgie ambulatoire est faisable, avec des résultats relativement encourageants.

Article complet