Les robots

Différents types de dispositifs existent pour la chirurgie assistée par robots.

Les robots « actifs »

Ils fonctionnent avec autonomie sous supervision du chirurgien, sont réservés à des tâches non réalisables selon un autre mode d’interaction.

A titre d’exemple, le système chirurgical ROBODOC® complet utilise les technologies en tandem de l’ORTHODOC® et de l’assistant chirurgical ROBODOC® de CUREXO Technology Corporation. Ce duo permet une planification pré-chirurgicale 3D, fournit une précision exceptionnelle dans la sélection des composants, le placement, la préparation de surface et la gestion des tissus mous, tout en facilitant la mise en œuvre le plan pré-chirurgical avec une précision inégalée.
Ce système peut être considéré comme optimisant la réalisation de certains actes, notamment la préparation de la cavité fémorale des prothèses de hanche.

Bien que pionniers, ces robots restent encore assez peu nombreux du fait des questions de sécurité qu’ils soulèvent potentiellement et par l’interaction limitée qu’ils impliquent avec leur utilisateur.

Les robots "télé-opérés" ou "esclaves"

Ils sont contrôlés par le chirurgien via une console. Permettant d’envisager la chirurgie à distance, ce type de robot domine actuellement le domaine de la chirurgie robotique.

La plateforme robotique principale sur le marché en France est aujourd’hui le modèle DA VINCI du fabriquant INTUITIVE, qui fait la plus grande part des investissements des établissements, pendant que les plus récents sont les systèmes Sensei/Magellan (de Hansen Medical Inc) ou Niobe/Genesis (Stereotaxis Inc.).

Les robots "semi-actifs", de "guidage" ou "co-manipulés"

Ils se situent entre les deux types de robots mentionnés précédemment : le chirurgien peut, grâce à cette technologie, déplacer ses instruments en les visualisant à travers les structures anatomiques.

On parle bien ici de troisième dimension, de ce qu’on appelle la réalité augmentée. Ainsi, ce genre de système permet, par résonance magnétique, de superposer sur un patient sa propre image, et montrer au praticien où est son instrument, et la zone à traiter, le tout en 3D.

Le robot ROSA de Medtech en est un exemple pour la neurochirurgie.

Offres industrielles

Source : Association Française des Ingénieurs Biomédicaux (AFIB)

Vous pouvez vous inscrire pour recevoir la lettre d’information mensuelle de l’ORCA