Usage de narcotiques après une chirurgie urogynécologique mini-invasive en ambulatoire

Outpatient narcotic use after  minimally invasive urogynecologic surgery

Swenson CW, et al.
Female Pelvic Med Reconstr Surg, juillet 2016

Le but de cette étude est de quantifier l’utilisation  de narcotiques dans les deux semaines suivant une chirurgie uro-gynécologique en ambulatoire. Les patientes ont été contactées par téléphone et soumises à un questionnaire sur leur expérience de la douleur postopératoire.
Cinquante patientes ont été incluses dans l’étude et répartis en deux groupes, suivant la quantité de narcotiques pris (moins de 30 et plus de 30).

Bien que les scores de douleurs soient similaires dans les deux groupes, les femmes ayant pris plus de 30 narcotiques ont plus fréquemment rapporté leur douleur postopératoire pire ou bien pire que prévu.
Selon les auteurs, la douleur chronique est restée le seul facteur associé à l’utilisation de plus de 30 narcotiques.

A note to our visitors

Ce site web a mis à jour sa politique de confidentialité en conformité avec les modifications apportées à la législation de l'Union européenne sur la protection des données, pour tous les membres à l'échelle mondiale. Nous avons également mis à jour notre Politique de confidentialité pour vous donner plus d'informations sur vos droits et responsabilités en ce qui concerne votre vie privée et vos renseignements personnels. Veuillez lire les mises à jour sur les cookies que nous utilisons et les informations que nous collectons sur notre site. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité mise à jour.

Vous pouvez vous inscrire pour recevoir la lettre d’information mensuelle de l’ORCA