Une nouvelle visite des ambassadeurs a été menée sous la direction du Dr François Venutolo en avril 2017. Cette visite s’est déroulée à une polyclinique située en région parisienne, qui exerce essentiellement dans le digestif, l’ORL et l’ophtalmologie. Cette polyclinique possède un taux de chirurgie ambulatoire de plus de 50%, et est donc nettement engagée dans le « virage ambulatoire », mais rencontre un certain nombre d’obstacles l’empêchant d’augmenter davantage ce taux.

Déroulement de la journée :

  1. Visite de l’unité de chirurgie ambulatoire avec le personnel
  2. Réunion organisée avec l’équipe de chirurgiens, d’anesthésistes et la direction de l’établissement

Identification des contraintes et obstacles :

Plusieurs médecins, et l’ensemble des cadres médicaux, sont intéressés par le développement de l’ambulatoire mais il existe plusieurs obstacles importants :

  •        Sous-effectif du personnel paramédical (un seul aide-soignant + une infirmière pour 40 malades quotidiens en ambulatoire), en dépit de la           compétence consatée de ce personnel
  •         Forte contrainte de l’espace : les locaux sont trop petits, et les possibilités de réaménagement limitées
  •         Parcours patient peu optimisé : peu de surveillance, patients contraints de se déplacer fréquemment
  •         Réticence de certains membres de l’équipe médical à augmenter la part d’ambulatoire.

Préconisations :

  • Inscrire le développement de la chirurgie ambulatoire comme une priorité institutionnelle
  • Réorganisation interne, afin d’affecter davantage de membres du personnel paramédical.
  • Optimiser le parcours patients
  • Plus grande représentation institutionnelle de l’ambulatoire, afin de contribuer à limiter les réticences.

Le mot de conclusion des Ambassadeurs :

« La polyclinique est déjà bien engagé dans le virage ambulatoire, mais ele doit faire face à un certain nombre d’obstacles. Si les limitations liées à la contrainte de l’espace sont des éléments sur lequel la direction et le personnel n’ont que peu de prise à court et moyen terme, il existe d’autres éléments sur lesquels une marge de manoeuvre existe : optimisation du parcours patient, réorganisation de la répartition du personnel »