Ultrasound-guided multiple nerve block with a small volume local anesthetic at each site for radical mastectomy in day surgery

Ai-ZhongWangKunFan QiangNiu

Journal of Clinical Anesthesia, Septembre 2018

 

Les blocs antérieurs PEC I, PEC II et serratus antérieur guidés par ultrasons ont été récemment utilisés pour l’anesthésie et l’analgésie pour la mastectomie radicale [[1], [2], [3]]. Nous constatons que la méthode a deux inconvénients. Premièrement, les chirurgiens se plaignent du fait que le champ opératoire est trop liquide; deuxièmement, il peut ne pas fournir une analgésie complète en raison de la distribution nerveuse multiple dans les domaines de la chirurgie. Les nerfs impliqués proviennent du plexus brachial (le nerf pectoral médial, le nerf pectoral latéral, le long nerf thoracique, le nerf thoracodorsal, le nerf cutané brachial interne, le plexus cervical superficiel (le nerf supraclaviculaire) et le nerf intercostal (le branches cutanées latérales de T2 – T6 et les branches cutanées antérieures de T2 – T4). En chirurgie ambulatoire, nous avons bloqué les multiples nerfs sous contrôle échographique et injecté un petit volume d’anesthésique local dans chaque site afin de fournir une bonne analgésie aux patients et un champ opératoire propre aux chirurgiens.

L’approbation de notre comité d’éthique local et le consentement éclairé des patients ont été obtenus. Les patients ont été maintenus en position couchée. Un accès intraveineux périphérique et une surveillance de routine ont été mis en place. Les patients ont été prémédiqués avec du midazolam (0,04 mg / kg) et du fentanyl (1 μg / kg) par injection intraveineuse. Les nerfs mentionnés ci-dessus du plexus brachial ont été bloqués par une injection unique au site supraclaviculaire (0,33% de ropivacaïne 15 ml), le nerf supraclaviculaire a été bloqué au centre du bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien (0,33% de ropivacaïne 5 ml). Le nerf intercostobrachial était bloqué à la seconde fente thoracique entre le muscle antérieur serratus et le muscle mineur pectoral lorsque la sonde échographique était placée sur le site médial des coracoïdes (Fig. 1, Fig. 2A). La sonde a été déplacée latéralement caudalement pour montrer la troisième fente thoracique au niveau de la ligne axillaire antérieure et 5 ml de ropivacaïne à 0,33% ont été injectés entre le muscle serratus antérieur et le muscle petit pectoral (Fig. 1, Fig. 2B). La sonde a été placée sur la ligne médio-axillaire pour identifier les espaces 4, 5 et 6, et 5 ml de ropivacaïne à 0,33% ont été injectés à la surface du muscle antérieur serratus à ces espaces, respectivement. (Fig. 1, Fig. 2C). Les branches cutanées antérieures de T2 – T4 ont été bloquées par voie parasternale au-dessus du muscle grand pectoral aux 2ème, 3ème et 4ème lacunes de Cartilago costalis avec 3 ml à 0,33% de ropivacaïne respectivement (Fig. 1, Fig. 2D). Quinze minutes après le blocage, une perte de sensation a été détectée du côté bloqué par rapport au site correspondant du côté non bloqué. Le fentanyl (1 µg / kg) et la dexmédétomidine (0,5 µg / kg) ont été administrés par injection intraveineuse, puis la dexmédétomidine a été perfusée en continu à un débit de 0,5 µg / kg / h. La chirurgie a été complétée chez 10 patients sans autre anesthésique. Les patients ont récupéré rapidement et les chirurgiens étaient satisfaits du champ opératoire.

 

Article complet